Category

Politique générale

Intervention au Conseil Municipal de Nantes du 1er Février 2019

Par | Centre Ville de Nantes, Conseil Municipal de Nantes, Politique générale, Politique nantaise | 0 commentaire

Madame Le Maire,

Cette délibération accompagne des associations dont une partie pour l’accès au droit des migrants. J’en profite pour dire que les associations ont fait un travail important cette année, à remarquer particulièrement face à votre mauvaise gestion de la situation Nantaise.

Rien dans le DOB (débat d’orientation budgétaire) de la fin d’année, mais tout dans la presse.
Vous faîtes de la question des dépenses liées aux migrants, le prétexte du dépassement du pacte de stabilité. Mais c’est un choix politique que vous avez fait.

J’ai lu que vous alliez porter plainte contre l’état et évidement je m’en étonne.
Vous posez une politique avec des conséquences pour la ville, et c’est l’état qui est coupable?
Allez-vous avoir ce discours chaque année? Car la mauvaise gestion de ce dossier a des conséquences de court terme, mais c’est aussi une question qui prendra sa place dans le budget à long terme. Il faudra donc justifier cette mauvaise gestion l’année prochaine et encore l’année d’après car jusque là vous n’avez fait que mettre la poussière sous le tapis.

Les migrants ne sont plus au square Daviais c’est vrai, mais ils sont encore là sur la métropole et il va falloir s’en occuper et les intégrer pour éviter d’autres crises sanitaires puis sociales.

Au delà de cette question, on dépasse allègrement le pacte de stabilité sur lequel on s’était engagé.
Vous avez posé votre signature au nom de la ville de Nantes et cette signature n’a pas été honorée.
Quand on signe, on respecte son engagement, c’est tout.
Vous ne pouvez pas larguer les taux sur la métropole et en même temps exploser l’évolution des dépenses de fonctionnement, ou alors il faut assumer !

Il est temps d’arrêter de se plaindre et de prendre vos responsabilités. Vous avez mis la main sur le coeur en donnant des leçons de moral à tout le monde, maintenant il est temps de mettre les mains dans le cambouis

Je propose qu’un état des lieux sur la question des migrants soit faite par notre collectivité avec la communication et le suivi du travail réalisé par la commission suit le sujet :
Les migrants sont sur notre territoire métropolitain et certains d’entre eux vont rester et il faudra les accueillir dans la dignité.
Il faut mettre en place les outils qui permettront de connaître les détails de suivi de leur accueil avec l’état dont je reconnais évidement le rôle.
Ensuite il faut mettre un plan d’action précisant ce que nous allons mener pour les former, pour leur parler des devoirs qu’ils auront à tenir pour intégrer la France, pour leur parler de leurs droits qu’ils ont en tant que femme, hommes et enfants.
Il faut structurer des espaces d’accueil avec méthode et non dans l’urgence, il faut engager les personnes qui permettront de les former au Français.
Madame le Maire, les réseaux économiques se tiennent près à travailler main dans la main avec notre collectivité, mais il va falloir écrire ça noir sur blanc pour avancer et structurer la question.
Il va falloir aussi vous engager à un discours mesuré. Que de l’extérieur on sache que Nantes a pris sa part et que nous ne sommes plus en mesure d’accueillir d’autres migrants tant que ceux qui resteront sur la métropole n’auront pas été correctement intégrés.

Intervention sur le PDU 2018 – Proposition d’un projet Hyperloop pour Nantes

Par | Conseil Métropolitain, Déplacement urbain, Hyperloop Nantes, Politique générale, Politique nantaise | 0 commentaire

Madame La Présidente,

Je tiens tout d’abord à féliciter les équipes de la métropole pour le travail présenté même si j’ai quelques regrets sur l’ambition développée.

On parle d’un budget de 3,3 milliards d’euros à 10 ans.

Alors pour un projet à 10 ans avec 9 OOO, je trouve quand même un peu dommage que la majorité ne regarde pas l’avenir avec une longue vue.

Dans ce PDU vous ne parlez pas réellement d’innovation, vous ne laissez pas la place à la créativité et à l’accueil de nouveaux projets d’avenir. Je crois pour ma part qu’il est temps de voir l’avenir de la métropole autour de grands projets qui imaginent les nouveaux modes de transports de demain.

J’ai deux exemples en tête :

Les véhicules autonomes d’abord. Quelques expériences sont menées par des ingénieurs Nantais sur la ville, mais d’autres villes comme Lyon l’ont déjà expérimentées avec succès et fêtent leurs 18 mois d’existence et de pratique.

Je parle également de l’hyperloop, ce système qui permet de voyager à près de 1000km/h dans des tunnels installés entre deux points que peuvent être des villes ou des régions.
Alors je ne vais pas remuer le couteau dans la plaie avec Notre Dame des Landes, mais je crois que c’est l’accueil de ces grands projets, de ces nouvelles idées dont nous avons besoin.

Alors Madame la Présidente, si je me permets de noter le manque d’innovation de long terme au sein d’un projet à 10 ans, c’est pour vous proposer de vous arrêter sur la question de l’Hyperloop, afin que Nantes et sa métropole puisse devenir une terre d’expérimentation et d’étude sur un sujet qui prend de plus en plus de place dans cette course à l’innovation sur les transports.

Sachez que Toulouse a donné son feu vert, ce n’est donc pas un projet farfelu dont je vous parle, mais un projet qui permettrait de tirer la ville vers le haut sur la question des transports, sur la question des mobilités, de l’aménagement du territoire et qui permettrait également de développer l’écosystème qui tourne autour, je parle évidemment du numérique à Nantes.

Je crois que si nous souhaitons faire partie des villes en pointe sur la question « smartcity », nous devons imaginer la ville de demain et donc l’organisation des déplacements qui seront portés par les nouveaux transports de demain.

Notre rôle de politique c’est d’avoir une vision, une vision à court terme nécessaire à l’administration quotidienne de nos collectivités, mais à l’heure actuelle, nous devons avoir LA vision de la ville de demain. C’est je crois la condition de notre réussite.

Demandons aux autorités locales d’interdire la manifestation de Jeudi

Par | 4ème Canton, Centre Ville de Nantes, Politique générale, Politique nantaise, sécurité nantes | 0 commentaire

Il y en a ras le bol, que les politiques et l’état prennent leurs responsabilités!

Le centre-ville est à feu et à sang depuis un mois. Les commerçants ont troqué leur TPE par un marteau. Oui, il semble que pour être commerçant à Nantes, il faut manier la marteau, indispensable pour clouer des planches de bois sur ses vitrines.

Les textos et témoignages des amis commerçants affluent. Les derniers reçus sont de plus en plus graves et inquiétants.

Alors l’association des commerçants « Plein Centre » bouge, cherche une solution, tente de rassurer ses adhérents. Mais en réalité, il ne se passe rien car les responsables ne le sont pas.

Juridiquement, qui est responsable? L’état, donc le Préfet. Mais sur le papier. Politiquement l’indisponibilité et la langue de bois de Johanna Rolland commencent à peser.

Pourtant, le Maire de Nantes et le Préfet ont reçu les représentants du commerce.

3 choses ont été demandées:

  • Une hausse des effectifs : La réponse du maire : « J’ai demandé au Préfet ». Le réponse du  Préfet : « On devrait avoir des renforts mais on ne sait pas encore ».
  • La sanctuarisation du centre-ville : La réponse du préfet : « Nous pourrons sanctuariser le centre-ville ». La réponse du directeur de la police : « Nous ne savons et ne pourrons pas le faire »
  • L’indemnisation des commerçants : entre 10 et 40% de baisse de chiffre d’affaire ces derniers mois dans le centre ville de Nantes.
    Une indemnisation impossible par l’état car : Le critère de l’absence de préméditation n’est pas révélé : En gros, l’intention de casse est réelle, donc pas possible d’indemniser les commerçants. La réponse du Maire :  » Nous allons monter une commission pour redynamiser le centre ville ». La commissionnite aigue reprend donc le pas sur le concret. Normal. Le Maire d’une grande ville qui voit ses commerces fermés à 16H en plein samedi nous parle de commission et de réflexion. Le temps de réfléchir et les commerces ne seront plus, c’est bien là le problème.

Donc, les 3 choses ne seront pas effectifs. Et les commerces continuent à mourir.

Au delà, les commerçants s’inquiètent : Ca fait deux mois, et avec Notre Dame des Landes, ca va durer jusqu’au mois de Juin.

L’autorité fait donc défaut. Les commerçants sont paniqués et beaucoup d’entre eux ont dit vouloir s’armer pour se défendre. Rappelons qu’à la dernière manifestation, les casseurs ont pu saccager le centre sans voir un policier pendant plus de 15 minutes.

Je crois que le fait de voir des actions citoyennes se mettre en place montre l’impuissance totale des autorités nationales et locales à faire leur travail.

Nous avons LE devoir d’être responsable. Les commerçants sont furieux, usés et fatigués. En face nous avons des casseurs dont certains ont 13-14 ans. Nous sommes sur le terreau d’une manifestation qui peut dégénérer.

Je demande solennellement à Madame La Maire de Nantes et au Préfet de s’accorder : Ils doivent demander l’annulation de la manifestation de Jeudi. C’est le seul acte responsable qui doit être pris.

 

Le 44, au Conseil National des Républicains ce week-end.

Par | Conseil national, Les Républicains, Politique générale | 0 commentaire

Nous sommes avec les Conseillers Nationaux de Loire-Atlantique, au conseil national des républicains ce week-end.

L’occasion de faire un point sur la mise en place des équipes locales, récemment élues.

Un moyen aussi de voir que les comptes sont bien tenus.
Le budget 2015 augmente de 13% en 2015, et les dépenses baissent de 11%. C’est ce qui permet d’honorer les échéances de la dette de notre mouvement (remboursement de 5,8 millions d’euros cette année).

La bonne gestion de notre mouvement permet de dégager un excédent au service de l’organisation des prochaines échéances nationales.

Nous allons également voter pour le président du Conseil National.

2 candidats : Michèle Alliot-Marie et Luc Chatel.

Chut… on tue.

Par | Politique générale

L’actualité de cette semaine a été, pour une bonne partie, consacrée au triste anniversaire du génocide arménien.

Perpétrés au début du siècle, ces crimes inqualifiables ont marqué nos esprits avec beaucoup trop de retard.

La France se souvient et a raison de porter à nos mémoires ce que l’homme ne doit plus faire. Les nombreux reportages sur la seconde guerre mondiale, sont là pour cela. Le noir et blanc prend d’ailleurs des couleurs dans les dernières remasterisations qui permettent de rendre ces abominations plus proches de nos consciences. Un passé qu’il faut garder présent pour que cela ne recommence pas.

Mais qu’en est il aujourd’hui? Nos mémoires : Elles savent sans avoir connues. Mais pourquoi? Pour la repentance? Oui.

Mais la repentance doit prendre les couleurs d’une action réelle, et pendant que la France porte le drapeau de la conscience, à l’autre bout du monde tout recommence.

Oui, tout recommence avec une prise de conscience discrète, celle qui laisse le temps aux meurtriers de rentrer dans cette histoire qui noircit beaucoup trop nos manuels.

J’ai toujours imaginé que notre travail de mémoire devait servir le futur et notre capacité à agir vite en cas de retour de la barbarie. Non.

Et comme les Chrétiens ne sont pas à la mode, rien ne bouge. On ouvre la radio pour entendre un Ruquier s’émouvoir du génocide arménien quand aucun de ces chroniqueurs ne réagit sur l’actualité qui se joue contre le peuple chrétien.

Elle n’est plus à nos portes, mais elle est dans nos coeurs. Les Chrétiens d’Orient sont massacrés