Category

Centre Ville de Nantes

Intervention au Conseil Municipal de Nantes du 1er Février 2019

Par | Centre Ville de Nantes, Conseil Municipal de Nantes, Politique générale, Politique nantaise | 0 commentaire

Madame Le Maire,

Cette délibération accompagne des associations dont une partie pour l’accès au droit des migrants. J’en profite pour dire que les associations ont fait un travail important cette année, à remarquer particulièrement face à votre mauvaise gestion de la situation Nantaise.

Rien dans le DOB (débat d’orientation budgétaire) de la fin d’année, mais tout dans la presse.
Vous faîtes de la question des dépenses liées aux migrants, le prétexte du dépassement du pacte de stabilité. Mais c’est un choix politique que vous avez fait.

J’ai lu que vous alliez porter plainte contre l’état et évidement je m’en étonne.
Vous posez une politique avec des conséquences pour la ville, et c’est l’état qui est coupable?
Allez-vous avoir ce discours chaque année? Car la mauvaise gestion de ce dossier a des conséquences de court terme, mais c’est aussi une question qui prendra sa place dans le budget à long terme. Il faudra donc justifier cette mauvaise gestion l’année prochaine et encore l’année d’après car jusque là vous n’avez fait que mettre la poussière sous le tapis.

Les migrants ne sont plus au square Daviais c’est vrai, mais ils sont encore là sur la métropole et il va falloir s’en occuper et les intégrer pour éviter d’autres crises sanitaires puis sociales.

Au delà de cette question, on dépasse allègrement le pacte de stabilité sur lequel on s’était engagé.
Vous avez posé votre signature au nom de la ville de Nantes et cette signature n’a pas été honorée.
Quand on signe, on respecte son engagement, c’est tout.
Vous ne pouvez pas larguer les taux sur la métropole et en même temps exploser l’évolution des dépenses de fonctionnement, ou alors il faut assumer !

Il est temps d’arrêter de se plaindre et de prendre vos responsabilités. Vous avez mis la main sur le coeur en donnant des leçons de moral à tout le monde, maintenant il est temps de mettre les mains dans le cambouis

Je propose qu’un état des lieux sur la question des migrants soit faite par notre collectivité avec la communication et le suivi du travail réalisé par la commission suit le sujet :
Les migrants sont sur notre territoire métropolitain et certains d’entre eux vont rester et il faudra les accueillir dans la dignité.
Il faut mettre en place les outils qui permettront de connaître les détails de suivi de leur accueil avec l’état dont je reconnais évidement le rôle.
Ensuite il faut mettre un plan d’action précisant ce que nous allons mener pour les former, pour leur parler des devoirs qu’ils auront à tenir pour intégrer la France, pour leur parler de leurs droits qu’ils ont en tant que femme, hommes et enfants.
Il faut structurer des espaces d’accueil avec méthode et non dans l’urgence, il faut engager les personnes qui permettront de les former au Français.
Madame le Maire, les réseaux économiques se tiennent près à travailler main dans la main avec notre collectivité, mais il va falloir écrire ça noir sur blanc pour avancer et structurer la question.
Il va falloir aussi vous engager à un discours mesuré. Que de l’extérieur on sache que Nantes a pris sa part et que nous ne sommes plus en mesure d’accueillir d’autres migrants tant que ceux qui resteront sur la métropole n’auront pas été correctement intégrés.

Nuit terrible pour les quartiers Nantais

Par | Centre Ville de Nantes, Quartier Breil, Quartier Malakoff, sécurité nantes | 0 commentaire

La nuit a été lourde pour les quartiers Breil et Dervallières cette nuit.
Je veux en premier lieu remercier tous les policiers, pompiers et agents de la ville qui sont intervenus pour que le calme revienne dans les meilleurs délais. De même, derrière le maire de Nantes j’en appelle au calme et à l’apaisement des quartiers.

Cette situation n’est cependant plus acceptée par les habitants qui dénoncent un manque d’implication des autorités locales sur certains quartiers de la ville.

Ce qui s’est passé cette nuit est dramatique. Et si nous devons nous assurer de connaître les détails du contrôle, il est aussi temps de se demander pourquoi un jeune qui se fait contrôler, recule sur les forces de l’ordre.

Je crois aujourd’hui en la présomption d’innocence du policier et en sa présomption d’efficacité. Aussi je soutiens pleinement les forces de police et espère la plus grande fermeté envers ceux qui ont saccagé les quartiers hier soir.

Quand au retour à l’apaisement sur la ville, la délégation de service publique a ses limites. Les Nantais attendent que la ville joue son rôle plutôt que de confier le retour au calme aux associations.

Il faudra quelques semaines pour prendre le recul nécessaire à des propositions pragmatiques qui assureront aux quartiers de Nantes, la tranquillité qu’ils méritent.

 

 

Saleté et insécurité dans le quartier Commerce à Nantes, intervention au conseil municipal du 20 avril 2018

Par | Centre Ville de Nantes, Quartier Commerce | 0 commentaire

Madame le Maire,

Cette délibération permet d’évoquer le centre ville, et même si nous profitons d’une ville formidable, ça fait quelques temps déjà qu’on me remonte ce que j’appellerais une sensation d’insécurité, conséquence du bruit, de la saleté et des incivilités.

Vous avez parlé des commerçants, et je salue à ce propos toutes les actions menées par le chambre de commerce qui montre déjà des résultats très encourageants. Mais ce sont précisément ces même commerçants qui nous remontent l’information, ceux de Kervegan comme ceux qui entourent la place du commerce.

Quand on parle du centre ville, on ne nous remonte pas que du positif et c’est pourtant la première image que l’on donne de Nantes.

Nous avons espéré avec l’installation de la maison de la tranquillité publique, un net progrès sur les incivilités constatées, mais les échos qui nous sont remontés indiquent l’inverse.

Alors, sur le dossier commerce, j’ai vu les belles images de Monsieur Robert, mais il ne faut oublier de tout mettre sur ces images. Il manque en effet les odeurs d’urine et les hommes alcoolisés qui déambulent avec leurs chiens dans les rues de ce quartier.

C’est devenu une particularité des quartiers qui longent le tramway de Commerce à Bouffay. Je ne généralise pas à tout le centre-ville, mais c’est un problème réel pour ces quartiers cités.

En plus cette délibération est rangée en fin de conseil pour que le débat prenne le moins d’importance possible, alors que nous vous avons pourtant demander d’avancer cette délibération avant la communication thématique.

J’ai donc besoin de deux réponses pour les Nantais : Êtes vous conscient du problème de ce qu’on appelle à Nantes « les Hommes et femmes à chien » même si je n’aime pas cette expression. Et que comptez-vous faire pour agir auprès d’eux, que ce soit pour l’accompagnement social de ces personnes qui permettra j’en suis sur d’apporter plus de tranquillité à ces quartiers du centre-ville ou que ce soit pour l’action qui assurerait aux commerçants d’être rassuré.

Je vous remercie pour vos réponses franches, simple que j’espère pour une fois pragmatiques.

Intervention dans le cadre de la délibération 12 : Création de la Zac sur le grand Bellevue

Par | Centre Ville de Nantes, Quartier Bellevue, Quartier Malakoff | 0 commentaire

Madame La Présidente.

Cette délibération fait directement suite à celle du dernier conseil métropolitain, et notre inquiétude reste la même.

Je reste convaincu que nous nous engageons sur une voie similaire à celle qui a été prise pour le projet Malakoff.

Sur le papier, c’est bien, le projet présenté coche toute les cases : logement, aménagement d’espaces publics, jeunesse et culture.

En effet, à l’époque, on a parlé du « nouveau Malakoff », comme si la sémantique était le gage de réussite pour le réaménagement d’un quartier. Aujourd’hui on parle du « grand Bellevue », à nouveau la sémantique est belle et pleine d’espoir.

Mais Le quartier Malakoff n’a été écouté que peu de temps : La place Rosa Parks n’a pas pris. Et ça fonctionne de moins en moins depuis que l’intermarché est parti.

Et puis comme Malakoff n’est plus nouveau, on reprend les projets de construction.

La place Rosa Parks de Malakoff respirait malgré tout et là, l’immeuble Cabestan qui se construit va fermer l’ouverture pour isoler encore plus cette place, qui avait la chance de voir la Loire.

Alors, si nous croyons au droit au logement, nous ne croyons pas à l’hyper-densification.

Vous affichez une volonté d’étalement urbain, mais ce n’est que de l’hyperdensification, sinon, pourquoi rajouter un R+10 au pied du quartier Malakoff.

Nous pensons que l’hyperdensification n’est pas la solution et qu’empiler les étages ne réponds pas au droit au logement. Il répond à l’urgence de loger, conséquence d’une vision courtermiste de votre prédécesseur.

Bref, de beaux projets sont affichés pour Bellevue, qui j’espère ne vous ferons pas oublier Malakoff dont les problèmes de ne sont toujours pas réglés.

Peut être avec vous une réponse aujourd’hui. Si ce n’est pas le cas, je crois que vous devez une communication claire et honnête aux habitants.

 

Intervention sur le bilan de la concertation préalable au lancement du projet du Grand Bellevue

Par | Centre Ville de Nantes, Conseil Métropolitain, Politique nantaise, Quartier Bellevue, Quartier Malakoff | 0 commentaire

Intervention Délibération 09 – Nantes / Saint-Herblain – Projet du Grand Bellevue – Bilan de la Concertation préalable à la création d’un zone d’aménagement concerté (ZAC) – Concession d’aménagement – Approbation.

Deux remarques sur ce projet du grand Bellevue, une sur la concertation dont nous avons le bilan et l’autre sur le projet du Grand Bellevue en lui même.

  • La concertation tout d’abord. J’ai la sensation qu’il s’agit d’une concertation pré-concertée, puisque chaque question posée reçoit une réponse identique à la question.
    En fait tout le monde est d’accord avec le projet, et lorsque ce n’est pas le cas, vous parlez de questions individuelles. Et là il n’y a plus de responsabilité.
  • D’autre part. Je ne crois pas qu’on puisse parler d’aménagement sans désenclaver, sans aérer. Vous parlez d’une vision nature à travers des corridors végétalisés, des nouveaux sentiers mais en réalité quand vous démolissez 480 logements, vous en créer 1000 juste à côté dans des quartiers qui ont besoin de respirer.

A Malakoff, la place Rosa Parks qui était plus lumineuse voit la création de deux immeubles, l’un sur les bords de Loire et l’autre bientôt, en face de Nantes Habitat.

Ces quartiers ont besoin d’air et la densification n’est évidemment pas la meilleure option.

S’il y a une impression de densification, on note aussi votre objectif de non-circulation.

La non-circulation est un objectif louable pour atteindre des objectifs de déplacements doux, mais à Malakoff c’est ce qui fait que la place Rosa Parks n’est pas fluidifiée, c’est ce qui fait que la zone permet le désœuvrement et parfois la délinquance.

C’est aussi ce qui fait que les commerces de proximité se développent correctement ou non. Et nous savons que le commerce de proximité de Malakoff souffre, avec la malheureuse illustration du départ d’Intermarché.

C’est pourquoi je souhaite qu’on porte toute notre attention sur la configuration de ces espaces à la lumière des réussites et des échecs de ce qui a été fait à Malakoff.

Lettre Ouverte à Johanna ROLLAND

Par | Centre Ville de Nantes, Conseil Municipal de Nantes, Politique nantaise, sécurité nantes | 0 commentaire

Madame le Maire,

Malgré les excuses de votre adjoint à la culture, je tenais à vous faire part de mon profond dégoût pour ce qui s’est passé au dernier conseil municipal.

J’ai, dans mon intervention, apporté des faits, des éléments repris par la presse, et d’autres défendus par un parlementaire socialiste. En aucun cas je n’ai stigmatisé les quartiers de notre ville et encore moins ses habitants.

Je relève donc qu’au sein de notre conseil municipal, les élus de la république que nous sommes, n’ont pas le droit d’aborder tous les sujets.

La sécurité, la politique de la ville, les quartiers. A chaque intervention de ma part, vos adjoints sont vent debout et crient à la stigmatisation. Je vous rappelle que vous n’avez pas le monopole des quartiers.

Il est donc difficile de travailler sur les sujets qui préoccupent les Nantais, et c’est en mettant la poussière sous le tapis que le front national fait le score qu’il fait aujourd’hui.

Vous vous inquiétez de mon positionnement politique et l’un de vos adjoints n’a pas hésité à parler d’extrême droite.

Madame, sur ce point, je suis très à l’aise et vous rappelle qu’aujourd’hui, nous travaillons sans le concourt de l’extrême droite, nous n’avons jamais fait d’alliance avec eux et mieux, nous luttons au quotidien contre leurs idées populistes.

C’est dans cet esprit que je ne comprends pas que de votre côté, l’alliance avec l’extrême gauche ne semble gêner personne. Mais pourtant, Madame Le Maire, tous les extrêmes sont à combattre. Aussi je remarque sur ce sujet que votre position est bien confortable, ce qui rend les propos de votre adjoint à la culture particulièrement insupportables.

Mais aujourd’hui encore, le quartier de Malakoff a essuyé des coups de feu. Votre adjoint à la sécurité minimise les faits au lieu de prendre les choses à bras le corps.

Aussi je vous renouvelle trois de mes demandes :

  • Quid de la vidéo-protection ? A quand son installation ?
  • Quid de l’armement de la police municipale en cette période de trouble terroriste ?
  • Quid de la charte d’engagement envers les associations subventionnées par la mairie qui ne seraient pas irréprochables dans leur comportement ?

Madame Le Maire, j’espère une réponse sincère sur ces points, avec des éléments qui nous permettront de croire en votre implication sur le renouvellement de la politique de la ville.

Nous nous devons d’agir avant que des évènements plus graves n’arrivent.

Guillaume RICHARD
Conseiller Municipal de Nantes

Conférence de presse du 25 octobre 2016 – Insécurité à Nantes

Par | Centre Ville de Nantes, Les Républicains, Les Républicains nantes, Politique nantaise, sécurité nantes | 0 commentaire

Conférence de Presse du 25 octobre – 11H45

Guillaume RICHARD – Conseiller Municipal de Nantes
Bernard ROUSSELY – Conseiller Municipal de Nantes

Deux raisons à notre présence aujourd’hui :

  • Réagir à ce qui s’est passé le week-end dernier. Malakoff / Beaulieu
  • Faire un point d’étape sur la sécurité dans son ensemble.
    • La vidéo protection / sécurité – >Terrorisme / NDDL / Sécurité locale
    • Le ras le bol des policiers
    • Un système judiciaire totalement mis à mal ces 4 dernières années
  • Transmettre nos questions à Johanna Rolland par voie de presse puisqu’elle ne semble pas vouloir nous répondre en conseil municipal.

La question de l’insécurité à Malakoff, encore et encore.

Restitution des évènements récents du moins ceux de la rentrée :

  • 15 septembre 2016 : La police démantèle un réseau de stupéfiant.
  • Dimanche soir : une fusillade éclate à l’arme automatique suite à une bagarre qui éclate sur la place Rosa Park.
  • La police pose les premières hypothèses de lien avec les évènements de Beaulieu dès le soir (rencontre avec la PJ dimanche soir 22H30)
  • Malakoff : Le point sur les travaux et le réaménagement pose problème.
    • La réhabilitation de Malakoff est achevée et pourtant, problèmes de sécurité ne sont pas réglés.
    • Espace libre offert au désoeuvrement.

Je salue pourtant les habitants de Malakoff qui aiment profondément leur quartier et qui le défendent. Il y a beaucoup d’engagement de leur part et une vrai volonté de faire réussir le quartier.

Je demande donc à Johanna Rolland un plan d’action pour Malakoff permettant de redessiner la place RosaParks pour le rendre aux habitants du quartier. Nous souhaitons que cela se fasse de concert avec les habitants et avec les commerçants, dont les chiffres sont mauvais. Les baux sur le côté sud de la place sont toujours disponibles, le marché fonctionne, mais pas comme un marché aussi bien placé. Il faut repenser cette place et je propose que la métropole s’y engage avant le lancement des études de l’arbre aux hérons.

La question du Futsal interroge.

Lorsqu’un événement de ce type a lieu (violences du week-end), il faut regarder au delà de la simple question trop facilement caricaturale de l’insécurité.

Problèmes avec les deux clubs Le Bela Futsal (Malakoff), et le Cwest (Bellevue).

Ces deux clubs se sont « bastonnés » samedi soir. Résultat : un jeune laissé en sang devant la porte et des renforts policiers obligés d’intervenir en urgence.

L’un de ces deux clubs, le Bela Futsal a vu ses subventions augmentées cette année, après un match au déshonneur de la ville à Toulon : Toute l’équipe a été expulsée… CF article PO
En cumulant les trois dernières années, presque 100 000€ de subventions de la ville pour donner une image désastreuse de Nantes à l’extérieur.

La complaisance des élus locaux est scandaleuse -> clientélisme.

Le sport et la culture sont les premiers moyens de l’ascenseur social.

Je demande à Johanna Rolland de stopper immédiatement les subventions allouées aux associations sportives ou culturelles de la ville qui ne respectent pas un règlement de « bonne conduite ». Nous demandons une réponse par oui ou par non, ferme et immédiate.

Le ras le bol des policiers qui fatiguent

Ils fatiguent, c’est l’usure.

Triplement impliqués en raison du Terrorisme / NDDL / Insécurité Locale

 

La vidéo protection

  • La police le demande, nous le demandons, le PS semble d’accord après plusieurs revirements. Ce sont les verts qui bloquent et ça marche en raison de la période électorale.

 

Je demande à Johanna Rolland de faire voter au prochain conseil municipal le déblocage d’un budget permettant à la ville d’être équipé d’un système de vidéo protection au 15 avril 2017, comme toutes les villes raisonnables. Nous souhaitons que ce soit inscrit dans le DOB de fin décembre et que le conseil de février entérine la décision.

Demandons aux autorités locales d’interdire la manifestation de Jeudi

Par | 4ème Canton, Centre Ville de Nantes, Politique générale, Politique nantaise, sécurité nantes | 0 commentaire

Il y en a ras le bol, que les politiques et l’état prennent leurs responsabilités!

Le centre-ville est à feu et à sang depuis un mois. Les commerçants ont troqué leur TPE par un marteau. Oui, il semble que pour être commerçant à Nantes, il faut manier la marteau, indispensable pour clouer des planches de bois sur ses vitrines.

Les textos et témoignages des amis commerçants affluent. Les derniers reçus sont de plus en plus graves et inquiétants.

Alors l’association des commerçants « Plein Centre » bouge, cherche une solution, tente de rassurer ses adhérents. Mais en réalité, il ne se passe rien car les responsables ne le sont pas.

Juridiquement, qui est responsable? L’état, donc le Préfet. Mais sur le papier. Politiquement l’indisponibilité et la langue de bois de Johanna Rolland commencent à peser.

Pourtant, le Maire de Nantes et le Préfet ont reçu les représentants du commerce.

3 choses ont été demandées:

  • Une hausse des effectifs : La réponse du maire : « J’ai demandé au Préfet ». Le réponse du  Préfet : « On devrait avoir des renforts mais on ne sait pas encore ».
  • La sanctuarisation du centre-ville : La réponse du préfet : « Nous pourrons sanctuariser le centre-ville ». La réponse du directeur de la police : « Nous ne savons et ne pourrons pas le faire »
  • L’indemnisation des commerçants : entre 10 et 40% de baisse de chiffre d’affaire ces derniers mois dans le centre ville de Nantes.
    Une indemnisation impossible par l’état car : Le critère de l’absence de préméditation n’est pas révélé : En gros, l’intention de casse est réelle, donc pas possible d’indemniser les commerçants. La réponse du Maire :  » Nous allons monter une commission pour redynamiser le centre ville ». La commissionnite aigue reprend donc le pas sur le concret. Normal. Le Maire d’une grande ville qui voit ses commerces fermés à 16H en plein samedi nous parle de commission et de réflexion. Le temps de réfléchir et les commerces ne seront plus, c’est bien là le problème.

Donc, les 3 choses ne seront pas effectifs. Et les commerces continuent à mourir.

Au delà, les commerçants s’inquiètent : Ca fait deux mois, et avec Notre Dame des Landes, ca va durer jusqu’au mois de Juin.

L’autorité fait donc défaut. Les commerçants sont paniqués et beaucoup d’entre eux ont dit vouloir s’armer pour se défendre. Rappelons qu’à la dernière manifestation, les casseurs ont pu saccager le centre sans voir un policier pendant plus de 15 minutes.

Je crois que le fait de voir des actions citoyennes se mettre en place montre l’impuissance totale des autorités nationales et locales à faire leur travail.

Nous avons LE devoir d’être responsable. Les commerçants sont furieux, usés et fatigués. En face nous avons des casseurs dont certains ont 13-14 ans. Nous sommes sur le terreau d’une manifestation qui peut dégénérer.

Je demande solennellement à Madame La Maire de Nantes et au Préfet de s’accorder : Ils doivent demander l’annulation de la manifestation de Jeudi. C’est le seul acte responsable qui doit être pris.

 

Reconversion du site de l’ancienne maison d’arrêt – Projet Aristide BRIANC – Lancement d’une procédure de dialogue compétitif.

Par | 4ème Canton, Centre Ville de Nantes, Conseil Métropolitain | 0 commentaire

Madame la Présidente,

La maison d’arrêt est un bâtiment important pour les Nantais, puisqu’il a marqué l’espace urbain pendant des dizaines d’années, son réaménagement est donc un opportunité pour le centre ville de Nantes.

Nous nous réjouissons de voir les facades anciennes de ce bâtiment conservées, ce qui nous semble avoir du sens en matière de politique patrimoniale de la ville.

Nous nous réjouissons également de voir la création de 150 nouveaux logements. En plein centre ville de Nantes, c’est évidement un bonne chose.

Deux interrogations cependant:

  • La première : Vous prévoyez 50% de logements sociaux. Ce taux important va directement impacter le coût des autres 50% de logements libres.
    Je le dis sans esprit de polémique, mais quand on prévoit un logement social, il faut bien qu’un autre logement lui corresponde pour le financer. De nombreux professionnels de l’immobilier constatent cet effet qui a une impact direct sur le cout d’accès au logement des classes moyennes et des familles. Vous parlez de mixité social, mais sans l’accès possible aux classes moyennes et aux familles à ces logements, ce n’est pas de la mixité social, c’est une position politique.
  • Ma deuxième interrogation fait suite à la présentation faite aux conseillers municipaux de Nantes, l’année dernière. Cette étude soulignait que 48% des personnes en situation de grande précarité étaient logées dans le logement libre.
    Maintenant que Nantes Habitat est devenu Nantes Métropole Habitat, ce transfert doit être l’occasion de faire un bilan précis de l’efficacité de notre dispositif de logement social sur l’agglomération, pour être certains que le parc social métropolitain loge bien, en priorité les plus démunis des habitants de l’agglomération